top of page

Bilan des Vendanges dans la region d'Attique pour les annees 2016 - 2020

Archives des Bilan des Vendanges, publiés par l'Association hellénique des vins et spécifiquement pour l'Attique, pour cette période de cinq ans, 2016 - 2020.




2016

La récolte a été extrêmement précoce. Presque partout en Grèce, la récolte a commencé 7 à 15 jours plus tôt que l'année dernière, et certaines variétés blanches dès la fin du mois de juillet ! Cela s'explique par les températures élevées de février et des mois suivants. En outre, la sécheresse qui a sévi principalement en juin-juillet a prolongé la précocité et créé un léger stress sur les plantes. La taille des raisins est restée faible et les rendements ont été réduits. D'un point de vue qualitatif, tous les viticulteurs grecs sont enthousiasmés par l'excellente maturation phénolique et la concentration des vins rouges, leur caractère fruité et leur capacité à vieillir. L'année a été excellente. Les vins blancs ont une très bonne structure, une très bonne acidité mais leur caractère fruité n'atteindra probablement pas son potentiel maximum. Les prix des raisins ont augmenté ou sont restés stables alors que la production a baissé de 10 à 30 %.

En Attique, le climat est généralement tempéré, mais cette année a été marquée par quelques particularités telles que la sécheresse qui a avancé de 20 jours la maturation des raisins et, par conséquent, la récolte. Les vignes ont également montré un faible rendement à l'hectare, avec une augmentation de la qualité, à l'exception de quelques variétés spécifiques. Les prix sont restés au niveau de l'année dernière.


2017

MAUVAISE RÉCOLTE, HAUTE QUALITÉ ET CHERTÉ

Les conditions climatiques de la récolte 2017 ont été caractérisées plus que jamais par les changements induits par la nouvelle réalité climatique : Des températures plus extrêmes, moins de précipitations, surtout en été. La plupart des zones viticoles de Grèce ont connu des hivers plus froids, des étés plus chauds et une sécheresse prolongée. Le vignoble grec a réagi aux nouvelles conditions par une production plus faible, des raisins sains et une grande maturité phénolique. Les variétés grecques ont mieux résisté car elles sont mieux adaptées à des conditions similaires. Ainsi, le millésime 2017 sera l'une des meilleures années pour les principales zones viticoles de notre pays, Nemea, Madinia, Naoussa. Enfin, les rendements particulièrement faibles ont entraîné une hausse significative des prix du raisin de 10% à 15% dans la plupart des régions.

Hiver pluvieux et assez froid pour l'Attique. Printemps avec des températures normales et une pluviométrie satisfaisante. La vague de chaleur de trois jours qui a frappé l'Attique du 30 juin au 2 juillet, avec des températures atteignant 43,2 °C, a provoqué des brûlures sur les feuilles et les raisins, principalement dans la région de Savatiano, ce qui a entraîné des dommages atteignant 50 % de la production de cette région. Les variétés précoces au feuillage riche, telles que la Malagouzia et le Sauvignon blanc, ont subi des dégâts moins importants, de l'ordre de 10 à 15 %. Les vendanges, avec 4 à 5 jours de précocité par rapport à 2016, se sont déroulées sans problème et n'ont pas été affectées par les quelques pluies de l'été. La qualité des raisins a été très bonne surtout pour les variétés précoces qui apparaissent fortement aromatiques. Les prix sont au même niveau qu'en 2016.


2018

Une année au cahier des charges exigeant

Les conditions climatiques de cette année ont nécessité une bonne planification et des décisions clés dans leur gestion car elles ont surpris une partie des viticulteurs. L'année a commencé très tôt mais s'est ensuite ralentie en raison des fortes précipitations du début de l'été qui, de plus, ont créé des conditions propices à l'apparition de maladies. Plusieurs variétés de raisins ont été touchées en fonction de leur sensibilité et de leur stade de développement. Les viticulteurs grecs, dans de nombreuses régions, principalement sur le continent et dans le Péloponnèse, ont dû consacrer des efforts à la sélection, tant dans le vignoble qu'à la livraison au chai. Les résultats les ont justifiés grâce à d'excellentes conditions météorologiques pendant les vendanges et nous nous attendons donc à ce que les vins grecs soient compétitifs au niveau mondial cette année. Les principales zones viticoles d'Assyrtiko (Santorin) et de Xinomavro (Naoussa) ont notamment donné d'excellents résultats. On estime que les volumes de récolte ont été légèrement réduits par rapport à l'année dernière dans la plupart des régions viticoles et que les prix ont légèrement augmenté. L'exception est Santorin, où les prix du raisin, sans précédent pour les normes grecques, indiquent la reconnaissance mondiale de ce vin, en plus d'autres facteurs locaux (production réduite, faibles rendements à l'hectare, pression résidentielle).

Hiver avec des précipitations satisfaisantes et des températures douces pour l'Attique. Le printemps avec des températures plus élevées que d'habitude et peu de précipitations a permis une bonne nouaison. Un été chaud sans canicule s'est accompagné d'une pluviométrie inhabituelle et élevée à la fin du mois de juillet.


2019

UNE RÉCOLTE TRÈS ATTENDUE

De nombreuses régions parlent de la meilleure année depuis 20 ans. Les précipitations et leur très bonne répartition tout au long de l'année ont fourni aux plantes suffisamment d'eau pour faire face à la saison sèche et chaude de juillet et août, qui, cette année, n'a pas connu de vagues de chaleur.

Les raisins étaient parfaitement sains et la récolte a été généralement plus tardive que l'année dernière, revenant ainsi à des temps de maturation normaux.

La caractéristique principale de la grande excellence qualitative de cette année, outre l'état sanitaire impeccable des raisins, a été la capacité d'acidité, sans précédent pour les vignobles méditerranéens, qui donne des arômes frais, de la fraîcheur et une bonne aptitude au vieillissement.

La production, bien qu'à des niveaux normaux, reste déficitaire par rapport aux besoins du pays.

L'hiver a été relativement froid avec une bonne pluviométrie.

Les températures moyennes relativement plus basses en mars et avril ont entraîné une floraison tardive des vignes de 13 jours par rapport à la date moyenne de floraison.

Les précipitations d'avril-août et leur très bonne répartition au cours de cette période ont eu un effet significatif sur les rendements et la qualité des raisins, entraînant une bonne alimentation en eau des souches, de sorte qu'elles ont pu faire face à la période sèche et chaude qui a suivi jusqu'à la récolte, heureusement sans canicule.

Les vendanges ont commencé 10 jours plus tard qu'en 2018.

Les raisins étaient parfaitement sains et avec une très bonne maturité technologique.

Les vins produits sont aromatiques et typiques de chaque variété.


2020

Une récolte 2020 typique et excellente

L'année 2020 a été marquée par un hiver doux puisque les températures de janvier et février ont été plus élevées que d'habitude, alors que l'inverse s'est produit en mars et avril, ce qui a entraîné un gel de tous les stades végétatifs.

L'absence de chaleur pendant la période de maturation estivale et la sécheresse pendant l'été et la période des vendanges ont permis d'obtenir des raisins excellents et parfaitement sains, tandis que les variétés grecques tardives (Agiorgitiko, Roditis, Moschofilero) ont également été positivement affectées par les premières pluies d'automne.

Les vignerons grecs se sont fermement appuyés sur ces données climatiques et ont créé des vins qui mettent pleinement en évidence le caractère typique de chaque cépage, de chaque terroir individuel et la typicité globale du millésime de cette année, qui nous donnera d'excellents vins blancs, particulièrement aromatiques, avec une très bonne acidité, tandis que les rouges auront un équilibre velouté et une riche structure phénolique.

Les quantités de production de raisin ont été réduites. Cependant, les prix du marché du raisin ont évolué à la baisse en raison de la demande également réduite due à l'effet covide sur la restauration et le tourisme.


En Attique, l'hiver a été assez froid avec de bonnes précipitations. Le printemps a commencé avec des températures relativement basses, ce qui a retardé le développement des bourgeons de 5 à 7 jours.

En mai, d'importantes fluctuations de température ont été observées : nous avons connu une période de deux jours avec des températures inhabituellement élevées, supérieures à 36 °C, ce qui a considérablement réduit la population d'eudémis, avec tout ce que cela implique pour la qualité des raisins.

À l'exception du mois de juillet, qui a été sans incident, la période d'avril à août a connu une bonne répartition des précipitations, ce qui s'est traduit par une bonne alimentation en eau des souches et un bon équilibre entre la végétation et la nouaison. En particulier, les 20 mm de pluie du 6 août au début des vendanges ont aidé les souches à supporter les fortes températures qui ont suivi et ont contribué à la bonne maturation des raisins. La production est en baisse de 25 % par rapport à 2019 alors que la maturité est très bonne pour tous les cépages.


 

Les bilans des vendanges nous aident à nous remémorer les années précédentes et à nous souvenir des données climatiques de l'année et de la manière dont elles ont influencé le cycle de la vigne et, par conséquent, les caractéristiques qualitatives du vin. Ils sont également importants pour décider quels vins sont aptes à vieillir et lesquels doivent être consommés plus immédiatement.


SOURCE : Greek Wine Federation (http://greekwinefederation.gr/)

Comments


bottom of page